Votre panier est vide.

Nos conseils pour choisir son casque de ski et snowboard

banniere-guide-achat-casque-ski

Quasiment inexistant il y a encore quinze ans sur nos pistes, à part pour les enfants, le casque de ski est de plus en plus utilisé ces dernières années. Et c’est tant mieux. Les lésions à la tête étant toujours en deuxième position des conséquences de chutes de sports d’hiver. Obligatoire pour les enfants à l’ESF, il devient courant chez les adultes, qu’ils soient débutants, mordus de poudre ou compétiteurs. Alors, avoir un casque c’est bien, mais un casque adapté à sa pratique et à ses attentes, c’est encore mieux. Ce guide est là pour vous aider à comprendre les principales différences entre les casques et vous aider à choisir parmi la gamme, chaque année plus large, de casques disponibles sur le marché.

Les constructions

 

In-mold et ABS

construction-casque-abs-in-mold-2

Deux matériaux sont principalement utilisés pour leur construction : l’in-mold et l’ABS. Ces deux matériaux sont là pour absorber les chocs, mais ne disposent pas des mêmes caractéristiques. Ainsi l’ABS est plus lourd et plus durable, alors que l’in-mold, est léger comme une plume, mais plus propice aux déformations lors des impacts plus grands.

Certains casques regroupent ces deux composants. L’ABS aux endroits d’impact les plus fréquents, et l’in-mold aux autres endroits, dans le but d’avoir le meilleur équilibre possible entre résistance aux impacts et légèreté.

Construction EPP

construction-casque-epp

Désormais, on retrouve de plus en plus de l’EPP dans la construction des casques de ski et snowboard.

Notamment, pour ceux destinés aux freestylers, la mousse de propylène expansé est un peu plus lourde, mais permet une meilleure absorption des chocs et une meilleure résistance aux déformations.


Quand changer son casque de ski ?

 
La plupart des constructeurs recommandent de changer son casque au bout de 5 ans. En revanche, selon votre pratique, l’exposition qu’aurait pu avoir votre casque aux intempéries, aux rayons UV et à l’humidité, il est possible que vous deviez changer votre casque plus rapidement. Il est aussi préconisé de changer son casque de ski après plusieurs chocs, en fonction de leurs intensité. Si jamais une quelconque déformation apparaît sur ou dans le casque, alors il est impératif de le changer. En effet, les mousses à l’intérieur n’auront plus la même capacité d’absorption, et il serait imprudent de le garder. Profitez-en pour en acheter un nouveau ! Allez faire un tour sur notre rayon casque, vous trouverez le modèle qui vous convient !


Des casques spécifiques à certaines activités

 

Les normes pour les casques de ski et de snowboard

Selon les normes, le casque de ski peut être spécifique à certaines activités. Ainsi, la norme EN1077 correspond à la pratique du ski alpin et du snowboard. Le compétiteur recherchera quant à lui un casque correspondant aux standards demandés par l'ESF et le FIS, avec la norme RH2013 que l’on peut retrouver directement sérigraphiée sur le casque de ski, quelle que soit la marque.

SKI ALPIN ET SNOWBOARD COMPÉTITION

Norme
EN1077

Norme
RH2013

Les casques pour les autres sports

Certains casques sont aussi multi-sports et donc, en plus de la norme EN1077, peuvent avoir la norme EN1078 pour le vélo, ou encore la norme EN12492 pour le l‘alpinisme et l’escalade. Ces casques vous permettent de pratiquer les différents sports dont vous êtes adepte, sans avoir besoin de changer de casque.

CASQUES MULTI-SPORTS

Normes disponibles
EN1077
EN1078 (vélo)
EN12492 (alpinisme et escalade)

Les critères de choix

 

Au même titre que pour les masques de ski, différents critères peuvent, en fonction de votre pratique, être importants dans le choix de votre casque. Ainsi, si un casque aéré est un plus quelle que soit la pratique, la légèreté sera moins importante pour un freestyler, qui recherchera plutôt une résistance accrue aux choc, tandis que le skieur loisir ou le freerider recherchera plutôt un casque très léger, afin d’optimiser au maximum le poids du matériel pendant la montée, ou d’optimiser le confort. Le système de réglage peut aussi être un plus sur le choix d’un casque, que ce soit pour pouvoir le passer d’une tête à l’autre, ou juste pour adapter le fit, en fonction des conditions (avec ou sans cagoule sous le casque).

Technologies et spécificités

 

En plus de toutes ces constructions, on peut trouver plusieurs technologies qui influenceront votre choix de casque. La technologie du système audio est non négligeable pour le rider qui préfère la musique aux bruits de la montagnes. Les casques Smith et Anon par exemple ne sont pas équipés de système audio, cependant celui-ci peut se rajouter dans le casque. Les technologies les plus abouties se trouvent sans aucun doute dans les casques destinés aux freeriders, randonneurs et autres skieurs hors-piste et de pente raide. Le système Mips (que l’on retrouve chez plusieurs marques) ou encore le Spin (système de chez Poc en attente de brevet) ont pour utilité principale de diminuer les impacts rotationnels sur le casque et de faire considérablement chuter le risque de trauma crânien. Il existe aussi les constructions en Koroyd (système de chez Smith) qui permettent une protection aux chocs accrue par rapport à ce que l’on peut trouver dans les constructions traditionnelles. Ces technologies ne sont pas forcément indispensables pour le skieur, cependant, elles permettent d’avoir une protection supplémentaire, au-delà des normes habituellement utilisées. Nous les recommandons fortement pour les plus casse-cou d’entre vous !

Sécurité et prudence

 

Pour résumer, le port du casque sur les pistes de ski est un équipement que nous conseillons fortement ! On ne badine pas avec la sécurité et la prudence ! Le casque se doit donc de devenir votre meilleur ami sur les pistes, celui sans lequel on ne sort pas. Ce guide d’achat devrait vous aider à savoir comment choisir son casque de ski, mais il faut garder à l’esprit que sa protection n’est pas à l’épreuve de toutes les cascades qui pourraient vous passer par la tête. Ainsi, comme dans toutes les pratiques, le fait de porter un casque ne doit pas vous donner l’impression d’être indestructible. Il faut garder en tête que la prudence, la vigilance et le fait de ne pas surestimer ses capacités, seront la meilleure des protections lors de vos pérégrinations alpines.

 -   +