Notre sélection pour le Swim And Run

Une discipline étonnante Né au début des années 2000 en Suède, le swimrun est un évènement sportif, qui se pratique en binôme et combinant la course à pied ou le trail ainsi que la natation en eau libre. La première course swimrun a eu lieu en 2006 en Suède, mais ce n’est qu’en 2017 que la Fédération Française de Triathlon a obtenu la délégation swimrun. Les distances peuvent varier du simple au double, et sont définies par rapport à la distance totale (course + nage).

Voici un tableau récapitulatif : Discipline distincte du triathlon À la différence du triathlon, le swimrun ne comporte que deux disciplines : la course à pied et la natation.

 De plus, il n’y a pas de période dite de « transition » comme lors des triathlons.

Les participants courent avec leur combinaison néoprène, et nagent avec leurs chaussures.

 Ils peuvent également apporter le matériel qu’ils souhaitent (plaquettes de natation, palmes (longueur imposée), pull-boy, élastique, etc.

).

Un matériel spécifique Pour pratiquer le swimrun, il ne faut surtout pas négliger l’équipement car l’alternance de la natation et de la course à pied impose certaines contraintes.


L’équipement doit :

  • être léger,
  • être étanche durant les parties natation,
  • éviter au maximum les frottements.

De plus, lors de ce type de course, les demandes en thermorégulation sont opposées : le corps doit se réchauffer dans l’eau, et ne pas trop monter en température en course à pied.

Ainsi, le matériel est réellement important pour prendre un maximum de plaisir.

La combinaison Néoprène ou de triathlon
En général la combinaison néoprène est indispensable pour ne pas avoir trop froid dans l’eau.

De plus, elle améliore la flottabilité.


Vous trouverez toutes sortes de combinaisons néoprène, fermetures devant/derrière, poches intérieures/extérieures, épaisseurs et souplesses différentes.

L’essentiel est de se sentir à l’aise et de choisir la combinaison la plus adaptée au type de course ; cela reste un choix relativement personnel.

Certains préfèrent une longueur de jambe qui s’arrête au genou pour faciliter la course à pied et d’autres choisissent de garder une longueur de jambe complète pour avoir plus chaud, et c’est la même question pour les manches.


En outre, la combinaison de triathlon est aussi une possibilité mais elle pourra augmenter les zones de frottement en course à pied.


Certains utilisent même des combinaisons/shorts de type surfeur mais la protection contre le froid ou la souplesse des épaules peuvent remettre en cause l’usage de ce type de combinaison.

Les chaussures Le choix des chaussures est aussi primordial ; l’accroche doit être suffisante sans trop alourdir le pied et ainsi gêner la nage.


Les chaussures de trail sont en général les plus populaires, choisies en fonction de la foulée et du terrain.

Quelques modèles spécifiques au swimrun existent mais ils restent encore rares.

Certains swimrunneurs percent des trous dans la semelle de leurs chaussures pour faciliter l’évacuation de l’eau.

Les lunettes de natation On considère souvent les lunettes de natation comme accessoires lors de ce type de course.

Cependant, elles sont indispensables.

Là encore, le choix est large, le plus important est de se sentir à l’aise avec le produit, de le tester avant la course.

Pensez aux verres teintés pour limiter les impacts des rayons UV.

Le bonnet Généralement fourni par les organisateurs, il permet de reconnaître les coureurs comme un dossard lors d’un marathon.

Ils servent aussi à améliorer l’hydrodynamisme.

Enfin, ils sont essentiels pour votre sécurité, pour être visible par les embarcations lors de la nage en eau libre.

Les aides à la flottaison De nombreux accessoires sont autorisés en swimrun.

En effet, pour être efficace en natation, il est nécessaire d’avoir une position la plus allongée possible pour un hydrodynamisme et une vitesse optimaux.


Cependant, les chaussures ont tendance à réduire l’efficacité des jambes et alourdir la flottaison, ce qui peut demander davantage d’énergie et ainsi vous fatiguer plus rapidement.


De nombreux accessoires sont donc autorisés, le plus populaire reste le pull-boy de natation que l’on transporte grâce à un élastique autour des cuisses ou de la taille.

Les plaquettes de natation ou les systèmes de flottaison spécifiques pour les mollets ou les pieds sont également intéressants.


Enfin, la longe de traction est un autre élément autorisé pour les pratiquants du swimrun, cela permet de tirer son partenaire et augmenter la vitesse de l’équipe.

Mais attention, on ne se lance pas dans un swimrun avec élastique de traction sans auparavant s’être entraîné avec son partenaire, certains sont conquis par ce type de matériel mais d’autres pas du tout.

Valérie, notre experte running et adepte du swimrun, nous en parle Après avoir pratiqué la natation, la course à pied, le triathlon puis le trail, je me disais que le swimrun serait un mix de toutes ces disciplines… Mais pas du tout, c’est une activité à part.

Vous êtes en pleine nature (ce qui est merveilleux…) mais vous devez faire avec les moyens les plus légers et les moins gênants pour alterner les 2 disciplines.

Pas de sac (comme en trail) pour porter ses gels mais aussi son bonnet et ses lunettes, plaquettes et pull-boy durant les sections course à pied, faire avec les éléments naturels (nous ne sommes pas dans une piscine mais bien en eaux libres).

Il faut donc s’adapter aux vagues, au froid et les distances peuvent paraître plus longues.

Mais aussi savoir courir en binôme, c’est ce qui fait tout l’intérêt de cette nouvelle discipline, un partage dans l’enchaînement de la course et de la natation en fonction du niveau de chacun et par conséquent une entraide permanente pour arriver au bout.

  Il faut donc bien prendre en compte tous ces éléments et venir S’AMUSER à découvrir cette nouvelle discipline à la fois dans l’entraînement (un petit lac peut suffire) et se jeter à l’eau en s’inscrivant sur l’une des multiples courses qui se développent en France aujourd’hui.

Je dois tout de même dire que cette discipline correspond plus à des personnes à l’aise en natation.

L’enchaînement entre la course et la natation n’est pas simple et demande d’être un maximum économique dans l’eau afin de ne pas perdre trop d’énergie qu’il sera difficile de récupérer en course à pied.

Je me tiens à votre entière disposition pour plus de renseignements si besoin.

Valérie Responsable du rayon Running/Trail Sports Aventure Bordeaux

Plus de 500 marques disponibles